Mar 22
Killingfields

S-21 et Killing Fields

Lors de l’entrée au pouvoir de Pol Pot en 1976, les ennemis du régime furent envoyés dans des camps de travaux forcés et dans les écoles de rééducation.

Le S-21 était un centre d’interrogatoire où l’ont tortura 14 000 personnes pour obtenir des aveux soit de vol de nourriture (dans un pays en pleine famine), de faire parti de la CIA (alors qu’ils n’avaient aucune idée de quoi il s’agissait) ou d’être allié avec les opposants du régime.

Seulement 200 de ces 14 000 personnes ont survécus à leur passage au S-21. L’ancien centre aujourd’hui transformé en musée permet de se rendre compte de l’ampleur de la torture.

 

Les méthodes de torture étaient diverses.

 

Les détenus avaient les pieds attachés sur une barre de fer dans leur cellules, tout comme lors de la torture consistant par exemple à les coucher sur le dos, la tête vers le bas en déposant un morceau de tissus sur leur visage, pour ensuite l’impréger d’eau afin de simuler une noyade.

 

Une autre méthode était d’utiliser l’ancienne structure de balancoire et de jeux de gymnastique pour en faire une potence. Les détenus étaient attachés par les pieds, la tête en bas jusqu’à ce qu’ils perdent connaissance. Pour les ramener à eux même, ils étaient descendu tête la première dans un immense vase rempli d’eau puante et d’excrément humains. Lorsqu’ils retrouvaient conscience, ils étaient remontés, et le cycle recommençait…

 

Les coups de fouet étaient aussi commun, mais une façon de faire beaucoup plus macabre étaient parfois utilisée; des bouts de chair étaient arrachées avec de pinces à la poitrine des femmes, pour ensuite y insérer des milles-pattes dans les plaies, ainsi que dans les organes génitaux.

 

Une fois les aveux signés, les détenus étaient ensuite envoyés pour un dernier voyage en camion les yeux bandés et les mains liées pour Choeung Ek aussi appelés le Killings Fields.

Au début du régime, c’est deux ou trois camions de déténus envoyé pour être assasinés qui était envoyé par semaine.
Les prisonniers étaient embarqué dans le camion avec la promesse d’une nouvelle vie et d’une nouvelle maison.
Il en était tout autre.
Aussitôt arrivés, ils étaient entreposés dans une petite salle pour attendre leur fin.

Attachés un à côté de l’autres par les pieds, les détenus étaient éxécutés dans la noirceur la plus totale à l’aide de barres de fer, de machettes, et d’autres objets contondants.
Sous le régime des Khmers Rouges, les munitions coûtaient trop cher. Il fallait donc innover. Les feuilles de palmiers très coupantes étaient utilisés pour trancher la gorge, ce qui empêchait de faire du bruit. Pour se débarasser des corps, de grandes fosse furent creusées pour les enterrer.

Ce qui est le plus atroce avec cela, c’est que tout était fait en cachette. Personne ne connaissait l’existence de ce lieu ceinturé de murs de 2m de hauteur.

 

Plus tard, le lieu fût découvert, par un paysant passant récolter des pommes de terres. Il trouva plutôt des ossements humains qui dépassait de la terre, et sur le tronc d’un arbre, des cheveux et des morceaux de cervelle.

C’est sur cet arbre que les bourreaux frappaient les bébés, en les aggripants par les pieds. Leur mêre fut aussi tuée en envoyé dans la fosse avec leur bambin.

 

Encore aujourd’hui, après de grandes pluies, certains ossements peuvent ressortir du sol. Ceux-ci sont récupérés puis ajoutés à certains monuments commémoratifs.

 

Le seul fait d’être à l’endroit même ou ces actes furent commis donne froid dans le dos.
Ce n’est définitivement pas des visites faciles à faire, mais il est important de s’informer sur l’histoire d’un peuple.
Et de réaliser, que ce n’est pas parce qu’on en entend pas parler que les génocides n’existent pas.

Et le tout date seulement de 1979…

Dortoirs et cellules au S-21
Les réglements au S-21
Potence au S-21
Barbelé anti-suicide pour ne pas se jeter en bas du bâtiment au S-21
Trous dans les murs et petites cellules au S-21
Cellules au S-21
Bracelets commémoratifs au Killing Fields
Crânes au monument commémoratif au Killing Fields
Journée sombre malgré le soleil à se faire raconter l'histoire d'un peuple.
Arbre sur lequel les bébés étaient assassiné au Killing Fields

6 Comments

  1. Judy
    2016-03-22 at 12 h 48 min · Répondre

    Ça nous laisse bouche bée, merci pour les cours d’histoire c’est très intéressant, même si c’est dure de concevoir et d’imaginer.

  2. Grand-mère Yeni
    2016-03-22 at 12 h 58 min · Répondre

    Difficile à lire … Dire que ca fait moins de 40 ans …
    🙁

  3. Mom
    2016-03-22 at 18 h 46 min · Répondre

    L’humain est tellement inhumain😓

  4. Les parents de Chambly
    2016-03-22 at 19 h 13 min · Répondre

    Ho my God,

    C’est absolument épouvantable ce que des gens sont capables de faire à leur semblable. Je pense que j’aurais pleuré ma vie avoir vu ça. Vos photos en disent long. Dire que je me sentais coupable d’avoir écrasê un oiseau avec l’auto…on a pas tous la même façon de penser.

    Merci pour votre grande générosité à partager ce que vous voyez.

    Nous avons hâte à demain. Y’en a pas de pression…Hi Hi

  5. Ed
    2016-03-23 at 13 h 45 min · Répondre

    L’horreur… Ce n’est pas une visite de tout repos, émotivement, mais bravo à vous deux de l’avoir fait. C’est important de s’informer comme vous le dites, et une telle visite force au recueillement et donc au devoir de mémoire de ces victimes de l’horreur.

  6. Marraine
    2016-03-23 at 17 h 11 min · Répondre

    Je reste sans mots
    bisou

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *