Jan 12
26830101_10155430263778720_731481076_o

Retour à l’aventure

Et c’est parti…

Un peu tout croche, mais c’est parti.

Tout d’abord, je tiens à dire que les prochaines aventures seront sans mon chéri d’amour.

Ne vous inquiétez pas! Tout va bien entre nous deux! Tellement bien qu’il m’a encouragé à aller faire le plein d’énergie à l’autre bout du monde même s’il ne pouvait pas m’accompagner.

C’est que j’ai eu des petits ennuis de santé cet été et que j’avais vraiiiiiment besoin de décrocher. De lâcher prise des choses que je ne peux pas contrôler et d’accepter que je ne peux pas être un super héro tout le temps. Et le meilleur moyen de faire ça, c’est de rire. De rire en avoir mal au ventre. De se construire un six pack de rigolade. De creuser un peu plus mes rides de tannante qui sont en train de s’installer au coin de mes yeux.

C’est donc pour cela que je suis partie avec mon clown de qualité supérieure, mon raconteux de prédilection, mon épais 5 étoiles. Mon bébé frère.

Bon, lui, il voulait pas vraiment partir avec sa grande soeur.

Il voulait partir tout seul à l’aventure et rencontrer des amis sur la route, pas trop se faire de plans et voir où le vent le mène. Je sais pas trop comment j’ai réussi à le convaincre, peut-être à force de lui envoyer des liens vers des billets d’avion pas cher ou bien de spamer son mur de photos de l’Asie, mais il a fini par dire oui. Bon, il est parti une semaine avant moi pour faire un essai de la Thaïlande en solitaire, mais il reste qu’on s’est donné rendez-vous à Manille! J’ai le grand Manitou de pas-s’en-faisage qui m’accompagne dans un grand hommage à la vie de jeunesse. Je capote.

Je m’en vais être jeune et conne avec mon petit frère aux Philippines!

Je suis même pas encore arrivée la-bas et je sais déjà que la quantité d’histoire à raconter va être exceptionnelle. Pas toujours chic-chic mais savoureuses.

Et on dirait que la vie a voulu se rattraper d’avoir été une emmerdeuse de première.

Je ne sais si c’est grâce à un alignement planétaire chanceux ou à un dieu du hasard qui s’est fait bourré de bâtons d’encens mais ma grande amie s’est retrouvée sur mon vol entre Montréal et Doha.

Yup. Une belle surprise pour me donner du courage.

Parce qu’on va se le dire, entre l’excitation que j’avais eu d’acheter mes billets d’avion et le moment de les utiliser, il s’est passé toute une game d’émotions. J’ai passé de surexcitée-je-flash-dans-le-noir à je-pleure-et-je-regrette-mon-coup-de-tête. Pas facile de partir sans son amoureux.

Et ma belle Lizou était là pour m’aider à finaliser mon choix de linge avant de le mettre dans mon sac à dos. Elle était aussi là pour m’occuper pendant que mon courage foutait le camp en pleurant dans les bras de mon chum qui ne comprenait pas pourquoi je paniquais.

-C’est drôle, te voir angoisser comme ça, ça me désangoisse. Merci de me faire sentir ben.

-T’es tellement drôle, dès que j’arrête d’hyperventiler, je vais rire.

Mais Lizam s’est quand même sacrifiée pour notre cause. Elle a décidé de faire disparaître sa carte débit de sa poche de manteau. Elle s’en est rendu compte à l’aéroport. HA HA HA.

C’est comme pas le temps. C’est jamais agréable de devoir faire annuler ses cartes et bloquer son accès D mais il y a des moments pires. Comme 3h avant de prendre l’avion pour l’Indonésie et l’Australie pour les 3 prochains mois. Nos cerveaux ont computé forts pour essayer de trouver une solution.

C’est fou comment sa carte perdue m’a permis d’oublier mes petites craintes et de me dire que tout était sous contrôle de mon bord.
Merci Liz. On dirait que ta panique générale me permet d’oublier mes petites craintes. Toé, t’es une vraie chum.

Bon, finalement, sa carte débit était juste dans le banc de neige en avant de chez nous et Maxime a réussi à la trouver avant que la charrue la cache jusqu’au printemps. Pas besoin d’annuler et faire bloquer son compte.
C’est juste une petite mésaventure qui nous a permis d’être ben. Vraiment ben. Parce qu’il n’y a rien comme une petite dose de pure terreur pour nous faire apprécier le bonheur quand il se réapparaît.

Bref, la bière a été bonne, le vol de 12h s’est passée en 3 secondes parce que Jupiter était toujours dans le bon alignement avec Saturne ce qui fait que la chance nous était encore collée à nos fesses et que malgré le fait qu’on aille pas réservée nos billets ensembles, nous avons eu des sièges côte à côte.

Alors j’ai pu faire honte de moi en étant vraiment excitée de recevoir des biscuits 15 minutes après le décollage pour finalement réaliser que c’était juste des tites lingettes rafraîchissantes. La déception. Mais j’ai eu une barre tendre plus tard alors ça compte quand même.

Arrivée à Doha, nous nous sommes fait un gros câlin de bonne continuité et je suis partie faire dodo dans ma chambre d’hôtel.

Parce que j’avais une petite escale de 16h.

16h, c’est assez de temps pour :

  • passer les douanes,
  • être fascinée par la qualité des monosourcils du Qatar (c’est comme des moustaches de z’yeux)
  • prendre la navette jusqu’à mon hôtel
  • essayer une toilette de l’espace avec pleins de boutons et un siège chauffant
  • faire des anges dans son lit king
  • faire dodo
  • se réveiller à 2h du matin et ne plus être capable de se rendormir à cause du jetlag
  • décider de prendre une douche
  • allez manger déjeuner/dîner/souper (je sais pas c’était quel repas) à 4h de matin complètement seule dans le beau resto avec un party mix de sauce indienne et de pain naan
  • prendre des nouvelles de la maison
  • réorganiser mon sac
  • faire mon check-out, prendre la navette vers l’aéroport en découvrant Doha avec les premiers rayons du soleil et me donner envie de revenir explorer cette ville toute blanche avec de l’architecture un peu sur la drogue
  • CROISER UN COLLÈGUE EN PASSANT LA DOUANE (pour vrai, c’était quoi les probabilités -sti d’alignement planétaire pareil)
  • prendre l’avion pour Manille

Et c’est après avoir écouter le film IT dans l’avion que je vous écris sur mon laptop. Après avoir écouter le remake du film qui m’a créé une peur des clowns, aucune chance que je dorme hein! Côté sommeil, c’était pas l’idéal, mais j’ai productionné sur l’écriture!

Lucky Valérie le not lonely ranger.

8 Comments

  1. Jojo
    2018-01-12 at 13 h 03 min · Répondre

    Ça y est…,c’est parti! Et qu’on va s’amuser à te lire ma belle Valou…..Je vous souhaite de belles aventures
    Merci de nous les partager…Salutations .Jojo xxx

  2. jocelyne et michel
    2018-01-12 at 15 h 03 min · Répondre

    Super contente de lire tes beaux textes Valou,bonne continuité de vacances

  3. LisaM
    2018-01-12 at 16 h 36 min · Répondre

    Merci d’avoir partagé ce début de voyage ensemble, ça m’a donné une bonne dause de courrage pour les défits à venir. Je te souhaite des moments fous, milles rires, des odeurs bizarres et des saveurs exotiques mais surtout, des petits paquês de biscuits surprises 😉 je t´aime mon pompom! Xxxx

  4. Yeni la Rouge
    2018-01-12 at 18 h 16 min · Répondre

    Je suis là!
    Fidèle groupie de see u later.
    Bon voyage xxx

  5. Danielle
    2018-01-12 at 20 h 01 min · Répondre

    Je ris déjà ,à te lire, oui, oui t’es planètes sont bien aligné, bonne route. Xxx

  6. Suzanne/ André
    2018-01-12 at 21 h 30 min · Répondre

    Allo Valérie,
    Profite de ton voyage! Lâche prise et amuse toi!
    Suzanne et André 😘😘

  7. L'épais de frère
    2018-01-14 at 4 h 16 min · Répondre

    Je vous promet qu’en t’en qu’héro de sa grande aventure, je prendrai soins de ma sœur chérie.
    Signé: son épais de frère.

  8. Lison
    2018-01-14 at 9 h 10 min · Répondre

    Hello ma belle… heureuse de te relire. Mon beau André m’a aidé à te trouver, es-tu surprise, j’ai trouvé le ENTER.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *