Avr 21
_DSC2436 - copie2

Retour à la civilisation

4h00 du matin, en plein déluge, le chauffeur d’autobus nous a laissé dans la veille ville de Hanoi. Pas de dodo supplémentaire et pour nous faire lever, il flash ses lumières et klaxonne un peu. Pas besoin d’être aussi vilain quand même.
Nous sortons dehors, sommes accueilli par 20 chauffeurs de taxi trop insistants alors que je n’ai  même pas encore réussi à ouvrir mes yeux au complet.
Ma réaction est très simple: tu m’harcèles, je n’embarquerai pas dans ton taxi.
Même s’il pleut des torrents, même s’il est trop tôt.
Nous allons marcher.

J’avais trouvé un hôtel pas trop cher mais je n’avais pas encore réservé. Pour quelques
raisons:

1- S’il y a une chambre de libre, ils vont te la donner tout de suite. Pas besoin d’attendre 13h pour faire le check-in.
2-On peut vérifier la propreté des lieux avant de réserver. Parce que la photo de la chambre sur le site internet, c’est un peu comme une affiche de burger au McDo, il y a de forte chance que ça ne ressemble pas du tout à ce que tu vas manger.

3-Parfois, il est possible de négocier les prix.

C’est donc avec nos imperméables qui ont de la misère à supporter la quantité d’eau (sauf celui de Max; merci André) et des fleuves dans nos souliers que nous sommes partis à la recherche de notre hôtel.
650 mètres à faire. En tant qu’athlètes, nous savons très bien que c’est une petite marche de santé….. Dans une douche.
Il n’y a personne dans les rues, à part nous et quelques vendeux de bananes. (Pour vrai, c’est vraiment ça qu’ils vendaient.)

Et après analyse des environs, nous réalisons une chose: tout est fermé.
Pas juste un peu là. Grosse grille de métal devant les commerces et aucune possibilité d’entrer dans certains hôtels sauf certains qui propose des tarifs à l’heure ou des hôtels vraiment chics. Pour vrai, c’était le décor parfait pour les batailles finales de films de super héros. Je n’aurais même pas été surprise de voir débarquer Batman, j’aurais juste aimé avoir un lift au sec dans sa Batmobile.

Nous trouvons rapidement notre hôtel car j’ai un GPS incroyable dans ma tête (pour vrai, je m’impressionne moi-même des fois (Max aussi est impressioné!)) et nous nous heurtons à la grosse grille de métal.
Merdouille.
Là, ça va pas bien du tout. Nous commençons à avoir peur pour notre équipement électronique et pour les appareils photos malgré les protèges-sacs que nous avons.
Nous commençons à chercher aux alentours pour un hôtel ne serait-ce que pour une nuit. Il faut qu’on rentre à quelque part, et au plus vite.
Après quelques essais infructueux, nous trouvons un hôtel pas trop cher. Joie. Il est rendu 5h45 et malgré ma troisième épaisseur de linge commence à être mouillée. Pour vrai, j’aurais dormir n’importe où rendu là.
Nous sommes donc monter dans la chambre après avoir réveillé le gars qui dormait dans le Lobby.
Ohhhhh.
C’est pas dans l’endroit le plus luxueux où nous sommes arrivés.

Les murs auraient plus que besoin d’être repeinturés, la céramique de la salle de bain doit être refaite au plus sacrant, les trous dans les murs camouflés avec de la tapisserie qui décolle rebouchés et un ménage du printemps s’impose, avec une petite touche de Febreeze pour enlever la forte odeur d’humidité mixée à celle des bas de Max.
Mais vu que je veux juste enlever mon linge mouillé et dormir 3h, le reste, on s’en fou.
C’est donc exactement ce que nous avons fait.
Nous avons défait nos sacs, étendu le linge qui était mouillé, éponger toute nos affaires, avons sortis les sleeping bags en soie, étendue de la poudre de bébé anti-punaise de lit (et aussi pour pimper l’odeur de la chambre) et nous avons dormi.
On s’est réveillé à 10h30. Nous n’avons même pas voulu prendre de douche. Prochain objectif, nous trouver une chambre potable. Même se payer un petit luxe.
Après des recherches sur les zinternet, j’ai trouvé une chambre beaucoup trop belle pour être vraie. Juste au cas, nous avons décidé d’aller la visiter avec de la réserver pour plusieurs jours.
Nous sortons dehors et oh le clash!

S’il y a quelques heures à peine, nous étions seuls dans les rues et bien là, tout a changer!
Il y a du monde partout, les commerces ont sortis leurs étalages jusque sur le trottoir et il y a des scooters au pouce carré.
C’est pas du tout le même Hanoi.
Nous zizagons à travers les rues, étonnament heureux d’être à nouveau dans la civilisation, et sans la pluie.
J’aime Hanoi. Et dire que j’étais presque sûre de la détester. Je m’en trouve surprise. Ça me soulage d’être partie de Sapa aussi tôt.
Je retrouve l’adrénaline à chaque traversée de rue, l’odeur de la bouffe de rue qui nous accompagne et les millions de petites boutiques qui donnent envie d’exploser notre budget.
Hanoi, je pense que toi et moi, on va s’entendre.

Nous avons trouvé notre hôtel en moins de 2. C’est dans une petite ruelle tranquille. C’est tellement étroit que les voitures ne passent pas.

Il y a même un portier et l’hôtesse qui nous accueille porte un magnifique Ao Daï bleu. Elle nous donne les tarifs pour les chambres et nous fait visiter. Il y a quand même 10$ de différence par nuit entre ses prix et ceux que j’ai vu sur Internet.
Après avoir expliquer le tout avec le manager, ils décident de nous le faire au même prix. Et la chambre….. Ah la chambre.

Une des plus belles chambres que j’ai eu dans ma vie…pour 25$ par nuit.

Pas besoin de mettre des gougounes pour aller dans la salle de bain après avoir pris une douche parce que ohhhhh miracle, il y a un bain pour recueillir l’eau.
Nous avons un lit si moelleux et deux tables de chevet. C’est deux de plus que le ¾ des chambres que nous avons eu. Nous avons une télé, une bouilloire, un frigo, une salle de bain super propre et le summum, nous avons des pétales de fleur sur notre lit!
Pour vrai, c’est comme si je mangeait le Big Mac de l’affiche. Pas celui avec la moitié de la laitue dans le fond de la boîte et la galette pas enlignée avec le pain.
Je capote. Max veut ramener l’oreiller et la couverture parce que tout est trop confo.
Nous avons même eu un petit jus pour souligner notre arrivée.
Je suis une princesse.

Nous sommes retournés chercher nos choses à l’hôtel miteux presqu’en courant, et j’ai pris une bonne douche dans ma nouvelle résidence.
Max m’a même dit: Awaille, gâtes-toi et lave tes cheveux.
Il me connaît beaucoup trop bien.
Une fois propre et sec, nous avons pu attaquer le restant de notre journée.
Pour vrai, je suis vraiment heureuse. Je ne suis plus la même personne. Le sourire me débarque de la face.

Notre belle hôtesse nous jase un peu de nos objectifs de la journée et vu qu’elle comprend mon amour pour la nourriture, nous suggère un resto pour tester une spécialité du Nord: le Bun Cha.
Nous nous rendons à son resto et découvrons que c’est la seule chose qu’ils font. Quand tu as un resto sur trois étages et que tu n’as qu’un seul plat à ton menu et que le resto est plein, c’est parce que tu le fais bien.
Et bien, c’était vachement bon.
Tellement bon que depuis, Max ne veut qu’en remanger. Il s’agit de porc grillé sur vermicelle de riz accompagné d’une montagne de salade et herbes fraîches et d’une bonne dose de sauce.
Et Max étant Max, il a bien évidement mis quelques petits piments dans son bol et une très bonne plotté d’ail. Plus son haleine est toxique, plus il est heureux.
Après ce succulent repas, nous sommes allés visiter la prison d’Hoa Lo.
Elle fût batti en 1886 par les Français qui voulait briser les forces révolutionnaires. Les conditions d’emprisonnement étaient déplorable tant au niveau sanitaire qu’alimentaire. La torture et les abus ont créé un grand mouvement de révolte à travers la prison ce qui a renforcé une solidarité entre les détenus, ce qui a amené la propagation des idées socialistes. La plus grande partie du futur parti politique fût captive de la prison. Plus tard, lors de la Guerre du Vietnam, les pilotes américains y fût incarcérés.

Ce qui est plutôt marrant avec la visite de ce musée, c’est la propagande évidente. Selon leurs archives et leurs photos, les prisonniers américains auraient été traîtés aux petits oignons lors de leur passage. Basketball, souper de Noël et parties d’échec: voilà de quoi aurait consititué le quotidien des pilotes si on en croit leur version de l’histoire alors qu’on sait qu’il aurait été torturés et incarcéré dans des conditions insalubres. Mais bon…

Après notre tournée de la prison, nous sommes allés marcher le long du lac et vu notre sens incroyable du timing, tu avons pu allé voir un spectacle de marionnette d’eau. Pour vrai, nous avions pas réservé et bam! 3e rangée en avant.

Les marionnettes d’eau font partie de l’héritage culturelle du pays.
Camouflés derrière des paravents, les marionnettistes racontent des histoires basés sur l’histoire du pays et sur la vie dans les champs. Ils sont accompagnés de musiciens et de chanteuses, et malgré le fait qu’on ne parle pas vietnamien, nous avons pu apprécié le spectacle. Ça splouch dans le bassin d’eau. Pyrotechnie incluse.
Pour vrai, je me suis surprise à rire à plusieurs reprises. C’était mignon comme tout.
Et comme nous avions marché pas mal, il fût à nouveau temps d’aller manger. Yessss. Moi, j’aime ça manger.

Assis sur un petit tabouret les genoux dans le front, nous avons espionné nos voisins vietnamien pour essayer d’améliorer notre technique de baguette. C’est pas encore tout à fait au point notre affaire.
Et à notre plus grand plaisir, le resto n’avait pas de menu: juste des affiches aux murs avec les 5 plats disponibles. Et encore plus surprenant, notre salade de boeuf jerky (Mathieu, tu aurais aimé ça!) ressemblait à la photo. A-ma-zing.
Bédaine pleine, bien fatigué, à 21h, nous ronfflions dans notre chambre royale!

-Sa majesté le Roi et sa Reine

4 Comments

  1. Les parents de Chambly
    2016-04-21 at 12 h 00 min · Répondre

    Salut nos amours,
    Il fait chaud enfin…20 degrés. Yes Yes! Rien de comparable à votre température mais on s’en plaint pas. Vous revenez quand? Vous nous manquez plus plus!

    Bye bye

    Les parents de Chambly

  2. Mom
    2016-04-21 at 13 h 54 min · Répondre

    Allé gâté vous, il vous reste que quelque jour, avant le retour de la réalité. Max ton retour au travail va revenir plus vite que tu pense et avec toute sa réalité! Ah! J’avais oublié de te dire, Simon est un nouveau papa depuis le 4 avril, un petit garçon, Samuel, il est trop mignon! Je vous embrasse. XXX

  3. Karine la cousine
    2016-04-22 at 15 h 55 min · Répondre

    J’aurais bien aimé avoir une photo de votre chambre royale!!!
    Tant mieux si vous avez trouvé quelque chose de confortable et à la hauteur de vos attentes!
    Continuez votre voyage et profitez des jours qui restent!!!

  4. Sandra
    2016-04-23 at 16 h 18 min · Répondre

    Hein? Ils vendaient juste des bananes? Rien que des bananes?!

    😛 Bisous à ses majestés!

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *