Jan 20

Manille l’espagnole

Manilla Manilla Manilla…

C’est beaucoup trop tôt que ma journée a commencé. 4h du matin et impossible de se rendormir.
C’est peut-être le lit qui balance à chaque fois que je pense à me virer ou le ronflement des gens qui m’entourent mais le sommeil ne vient pas.

ET IL FAUDRAIT VRAIMENT QU’IL VIENNE.

Je ne serai définitivement pas capable de garder ce rythme. Trois petites heures de sommeil pour se motiver à visiter pendant des heures, ça ne permet pas de lever tes gougounes bien hautes quand tu marches.


Quoique qu’il en soit, je me suis retrouvé assise avec Denise pour regarder le soleil qui se lève sur Makati.

Il y a les enfants qui commencent à faire du bruit et le chant des coqs pour permettre d’aligner mes pupilles dans mes orbites.

Je suis sereine malgré ma légère gueule de bois.
Tout est lent, mais je suis bien. Même si le café que je bois est décaf et que mes toasts sont brûlées.

 

Cédric a fini par se lever. Nous avons décidé d’aller visiter Intramuros, la vieille portion espagnole de la ville. Mais pour s’y rendre, nous avons décidé de marcher. 2km, il y a rien là. Et on se dit que si on marche sur le bord de l’eau, ça sera plus beau.

Finalement, il n’y a aucune ombre sur le bord de l’eau et tout pue le poisson.

Nous avons piqué par l’immense parc pour se rafraîchir et donner une chance à nos narines.

Il y a des décorations de Noël et du Céline Dion qui joue.

Mais ouséqu’onest coudonc?

Les Philippiniens sont Catholiques alors pas de petits Bouddhas partout. Des églises, des noms de rue Espagnols, les gens qui parle bien anglais et des petites Madame qui s’appelle Rosa. Sérieusement, les Philippines, c’est un foutu mélange.

Lorsque nous sommes finalement sortis du parc, nous avons été accueilli par un garçon qui voulait être notre guide pour visiter la vieille ville.
Go in my Ferrari with A/C and wifi.

Un vélo tout déglingué avec un genre de side car qui tient avec de la broche et du courage juste assez large pour nous permettre de s’assoir une fesse.
Le petit gars est marrant mais en même temps, on se dit que marcher va nous faire du bien.

C’est magnifique cette architecture espagnole.

Je me sens dans un jeu vidéo en train d’explorer une cité de pirate. J’ai même calculé par où mon tit bonhomme passerait s’il avait à escalader les murs.

Nous avons même pu visiter une salle de réception qui sert pour les mariages de gens riches.

J’ai changé mes plans. Je veux plus faire une épluchette de blé d’inde, je veux me marier dans une salle de bal de princesse espagnole.

Nous avons décidé de retourner à l’hostel pour le restant de l’après-midi. Mes jambes pèsent trois tonnes et je suis sur le bord de perdre le contrôle de mes babouches.
Alors, on s’est gaté et on a pris un taxi. Je pense que j’ai dormi sur Cédric en chemin.

Le sommeil s’est finalement pointé.
Ma petite sieste d’avant-repas a fini par être une nuit de sommeil de 16h. Je pense que j’en avais de besoin.

Cédric lui, en a profité pour essayer une spécialité locale: le balou.
En fait, c’est un oeuf de canard légèrement plus avancé que ceux que nous mangeons.

Ça goûtait le jaune d’oeuf apparemment. Faut juste pas trop y penser et ça va.

 

Valérie la Zombie et Cédric le bouffeux de poussin.

1 Comment

  1. Danielle
    2018-01-21 at 9 h 23 min · Répondre

    Tu est encore sur le décalage horaire! Les photos sont magnifique!

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *