Avr 05

La journée de la soupe

Aujourd’hui, on a mangé de la soupe. Ben de la soupe. Je pense que c’était meilleur que de la fondue.

Non pour vrai, de retour aux aventures rocambolesques digne de films d’action avec des sous-titres microscopiques. Ou pas.

8h le matin, j’avais un café instant de bu, des photos en train d’être télécharger et une histoire de masseuse entreprenante d’écrite.
Alors, j’ai commencé mon activité préférée. Réveillé Maxime malgré son bougonnement.

C’est qu’on avait une autre rencontre programmée aujourd’hui. Une amie de la famille qui habite dans la capitale thaïlandaise, nous avait donné rendez-vous pour dîner avant notre vol pour le Laos. Nos bagages étaient à peine défaits qu’il fallait tout repactés. On est quand même pas si pire efficace.
Max m’a snozzé ça le plus longtemps possible. Promis, on va être partis à 10h.

C’est donc à 10h10 qu’on allait faire le checkout avec un petit arrêt obligatoire pour la slush matinale. La mienne était à la mangue et celle de Max au lichee.

Chargés comme des mules, un smootie à la main, nous avons parcouru Bangkok section tours à bureaux. Nous avons rejoint James et ses collègues et sommes allés manger notre première soupe du voyage.

Ah de la soupe! C’est soupère! (ce jeu de mot de marde était une gracieuseté de Maxime).

Mais quelle soupe!
Quand tout ce que le meilleur de l’univers a t’offrir se retrouve dans une seule et même soupe, le bonheur est facile.

Des dumplings, des nouilles, du poulet frit, du porc rôti! Le bonheur quoi! La soupe même pas fini de digérée, nous étions dans un taxi direction le petit aéroport de Bangkok.
Je dis bien petit parce que même le plus petit aéroport était plus gros que celui où nous allions attérir.
Celui de Luang Prabang.

Nous avons su tout de suite que l’endroit où nous étions était pas mal moins développé que la Thaïlande. À l’atterrissage, le pilote à fait du slalom entre des montagnes bien vertes de palmiers jusqu’à la dernière seconde. Je n’avais vu aucune civilisation avant qu’on touche la piste. Rabotteuse cette piste. Maxime pensait qu’elle était en terre battue pendant un instant. Notre bagage à changer de compartiment. True story.
La capitale est si minuscule que la route principale finit probablement en garnotte. Ça change de Bangkok pas mal.

Pas de gratte-ciels, pas de gros autoroutes. Il y a des chiens qui traversent la rue et des enfants en vélos.

Et la sécurité…. wow.

On avait pas d’argent local pour payer notre visa. Et vu, que c’est si bien fait (tousse tousse) il n’y a pas de guichet à l’arrivé. Ils nous laissent sortir à l’extérieur pour aller chercher nos sous. Le gardien de sécurité est pas stressé pentouuute. Aweille! Sort dehors en sautant toutes les étapes de la sécurité pour aller chercher tes bidous.
Ça change de la Chine où ils ont scannés tous nos bagages 3 fois.

Nous avons déposé nos bagages non scannés à notre hôtel et puis, nous nous sommes dirigés vers la source d’alcool la plus près. C’est qu’il fait chaud tsé. Ça donne soif!

On s’est assis sur une terrasse sur le bord de la rivière pour observer le couché de soleil.

Nous sommes dans une carte postale.

Désolée pour le peu de photo, en fait, on en a pris plein. C’est juste que c’est tout le temps la même chose.

Le soleil qui se couche derrière les montagnes!

Maudit que c’est beau.

Après notre grosse bière, il fallait manger pour de vrai tsé. Direction: marché de nuit!

On s’était fait dire qu’il y avait des kiosques où tu pouvais remplir ton assiette pour 1,50$. On a cherché pas mal et on était tanné de faire du slaloms entre les gens qui achètent des souvenirs. On s’est échoué à un kiosque: Build your soup. Tu as un petit panier, et tu le remplis de champignons, de brocolis, 5 sortes de nouilles différentes, de tofu, de brochettes de trucs plus ou moins louche et pleins pleins pleins de fines herbes. Tu donnes ton tit-panier qui déborde et tu vas t’assoir.

La madame te popotte ça dans son bon bouillon.

Maxime trouvait que j’avais trop rempli le panier. «Tu vas créer une soupe pour une famille entière, arrête de mettre des choses!» Et pendant qu’il disait ça, j’ai mis une brochette de wonton en équilibre précaire sur ma montage de verdure. «Ahhhh, c’est une bonne idée de rajouter ça par-contre….»

Oui, la soupe était énorme. Mais c’est de la choupe! Et c’est des légumes. J’étais comme en manque de verdure depuis notre 28h d’avion. Ça m’a fait du bien. Pas eu de gaspillage.

C’est donc la vessie plein de soupe et de bière que nous avons coursé jusqu’à notre guesthouse. Le premier arrivé peut enfin faire pipi.

Bonne journée à vous à la maison!

Valou-extra brocoli et Maxime-Wonton

3 Comments

  1. Mom
    2017-04-06 at 7 h 28 min · Répondre

    wow! Cahotteux ce petit voyage. Ce petit coin de paradis, est très zen!

  2. André
    2017-04-06 at 8 h 30 min · Répondre

    Salut les Thai-bin

    Très beaux paysage et température. Ça change du 30 cm de neige reçu à St-Ferréol hier.

    • Valou
      2017-04-06 at 8 h 59 min · Répondre

      Ici, c’est 30 degrés, pas 30 cm! hihihi!

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *