Avr 09
_DSC1477 - hue

Hue, cité impériale

Ancienne capitale impériale, Hue possède un charme aristocratique.
Sous la dynastie Nguyen qui dura de 1802 à 1945,  Hue devint la référence culturelle, gastronomique et vestimentaire. C’est à l’intérieur de la citadelle construite à partir de 1805 que les différents empereurs dirigèrent le pays jusqu’à sa démolition presque complète par les français en 1885.

Il était coutume pour les différents monarques de veiller à la construction de leur propre tombeau/mausolée/petit château et d’aller y passer les dernières années de leur vie. (Pas macabre duuuuuu tout.)

Quand le charme n’opère pas

Désolé de ne pas avoir écrit plus tôt.
Nous n’avions pas vraiment de WIFI hier. Juste un soupçon d’internet pour faire rager toutes les 5 minutes. Et comme Max est en vacances, il a abdiqué sur la techno.

Bref. Je vous écrit de l’autobus qui nous amène à Phong Nha Que Bang. Nous allons voir les cavernes!

Et pour résumé notre journée et demie à Hue…

Ce ne fût définitivement pas un coup de coeur.
Nous n’avons pas détesté Hue, mais baaaah, c’était pas le trip.
Hier, nous sommes partis de Hoi An tôt le matin. Dès midi nous étions arrivée dans la ville actuelle. Hôtel trouvé, bedons remplis, nous sommes partis visiter la citadelle.

C’est beau, c’est vieux, c’est redondant.
Est-ce que j’ai un coup de coeur pendant cette visite là?
Heum. Il y a des beaux corridors rouges en bois que j’aimerais bien reproduire si j’ai une cours un jour.
Mais sinon, baaaah.
Nous nous sommes perdus plusieurs fois à l’intérieur du géant site de 2.5 km carré.

En gros, la construction de la citadelle a commencée en 1804 lors que l’empereur de l’époque tentait de rétablir la paix entre le Nord et le Sud du Vietnam en s’installant au plein milieu.
Les dynasties des Nguyen y résida jusqu’en 1865, lorsque l’armée française décida de s’approprier toutes les richesses du royaume. Fin de l’épopée glorieuse de la citadelle.

Pendant la guerre du Vietnam, la forteresse fût fortement bombarder si bien qu’une poignée de bâtiments sont encore debout aujourd’hui. Il y a beaucoup de rénovations faites pour restaurer la citadelle à sa splendeur d’antan. Petit bungalow avec un toit chinois ici, grand carré de gazon avec des tits bouts de murs là bas, belle pagode ici, petit lac là, gros arbre, gros champs de rien du tout, grosse place en pierre où était avant la mystérieuse cité interdite mais vu qu’elle s’est fait larguer pleins de bombes dessus, et biiiien, il y a rien. Un petit écriteaux pour dire que c’était ici avant.
Chouette non?
Breeeeef.
En gros, nous nous sommes fait cuire au soleil pendant 2h30 car c’est vraiment long faire le tour et je pense qu’on a pas tout vu! Mais vu qu’on voulait juste rentrer, ce fût plus que suffisant.

Ouin, je sais, notre journée est plutôt plate à lire, ben sachez que c’est exactement comme cela qu’on ses senti hier. Peut-être que c’est les nuages, peut-être que c’est le fait d’être parti de la si belle ville de Hoi An, mais on voulait pas trop rester là. Nous avons donc décider de booker notre autobus pour le lendemain après-midi. Pas 2 dodos là! Oh que non!

***

Le plan de la journée:
Allez voir les tombes des empereurs en vélo qui se trouvent à l’extérieur de la ville.

C’est à 6km de la ville et vu qu’on a de l’expérience maintenant, je pense que ça va bien se faire. Nos avons toute la journée pour faire 12km. Une petite balade.
C’est donc avec ce projet que nous nous sommes réveiller.
Sauf que, nous avons bretté sur le départ ce matin. Réveil tardif, recherches interminables pour retrouver nos passes pour aller voir les tombes, et exploration pour trouver un resto où on ne mangera pas ENCORE des oeufs avec une baguette. La fille en a son quotat.
Petite marche aux alentours, trouve finalement un resto, commande, une assiette arrive, l’autre tarde un peu beaucoup. On retourne à l’hôtel pour chercher nos vélos et on se lance.
Il est quand même rendu 11h. Je vous l’ai dit, on a bretté.

Mais bon, on part tout de même!

2 vélos comme sur le Métropolitain. Ou Décarie en plein trafic. Fallait être cave un peu quand même.  Mais heureusement, nous avons une petite sonnette pour manifester notre présence. Max n’a pas lâché la sienne. Pour un oui, pour un non, Maxime fait dring dring.

On avait oublier un petit truc quand on s’est lancé.
Hoi An, c’était plate.
Hue non.
Voilà.
Tout simple. Pas des mégas côtes là. C’est même des côtelettes.
Sauf quand tu as un vélo qui un frein, une vitesse et le siège pris au plus bas, c’est clairement pas aérodynamique. Et ce n’est pas un frame en aluminium non plus. J’ai un siège avec des springs et un panier en avant fait pour résister à l’épreuve du temps. C’est pas un vélo de course là.

Les côtelettes, tu les sens dans tes cuisses, dans tes fesses et dans l’eau qui te coule dans le dos. Ma crème solaire faisait des vagues sur mes bras.
Et on avant peut-être 4km de fait.
Et nous avons continué, et continué.
Nous nous sommes ramassé à la campagne. Des belles vaches brunes qui broutent à travers les rizières d’un vert clair!

Et des papillons qui volent autour de nous.

Et des vestiges de temple au beaux milieux des champs.
C’est magnifique!
Et au loin, on voit les montagnes. MONTAGNES?!?!
J’ai eu de la misère avec mon inclinaison de 6 degrés, on ne vas pas gravir des montagnes tout de même.

Nous avons pédaler, monter un peu, suer beaucoup, été charmés par les paysages.

Mais ça fait un bout qu’on roule là, et d’après le GPS, il reste encore 6 km.

Ah ouais, le 6km du départ, c’était à vol d’oiseau.

Je pense que c’était plus 12 km notre affaire. En vol de vraie route.
Suuuuuurprise.
Nous nous sommes tout de même rendu au tombeau.
Si paisible. Un lac, des pagodes rouges et d’autre vaches.
On se promène, on essaie de retrouver notre souffle et on se met à calculer…
Ça nous a pris une bonne heure et demie se rendre et il y avait beaucoup de pentes que n’avons descendus et qu’on va devoir remonter plus tard.
Et on a moins de jambes que ce matin.
Et il fait chaud.

Et nous avons un autobus à 16h30.

Et il faudrait bien manger un jour

Ouin. Faut pas qu’on brette.
Nous sommes entrés en mode stress léger.
Et moi, je suis tombée en mode scénario catastrophe qu’on manque le bus et qu’on est encore pogné à Hue pour une autre nuit.

Faudrait pas. Vraiment pas.

Nous avons fini la visite et sommes reconfirmer que nos sièges de vélos ne sont pas confos.

Et nous avons pédaler, arrêter, pédaler, monter une côte à côté de notre vélo, pédaler, regarder le temps, pédaler encore.
Pour vrai, ça me stressait.
Et moi, je fonctionne au stress dans la vie. Quand il y a un petit danger ou quelqu’un à secourir, il me pousse des ailes. J’ai pu mal, j’ai pu chaud et j’ai pas soif.
J’ai un but et il n’y a pu rien d’autres qui existe.
Cette fois-ci, le but s’appelait manque pas le bus.
Nous avons grimpé notre retour à la maison avec l’énergie du désespoir, la passion des cyclistes du Tour de France, la détermination de Sea Biscuit, nous avons pédaler comme s’il n’y avait pas de lendemain.
Finalement, on est arrivé beaucoup trop d’avance à l’hôtel.
J’ai les mollets qui shakent, les fesses en compote et on dirait que j’ai pris une douche.

Et on a 2h à attendre après le bus.
DaaaAAAAAaaah.
Alors, Max en a profité pour passer chez le barbier pour faire raccourcir sa glorieuse barbe. Ah ben, le look barbe de 3 jours, ils connaissent pas ça. En même temps, c’est pas comme si les asiatiques étaient reconnus pour leur grande pilosité. Max doit ben être un dieu de la masculinité avec sa barbe.
Alors, Max est rendu sur la fesse dans la face. (C’est si drôle dit comme ça!)
Et il aurait même pu avoir un beau ménage des oreilles s’il s’était laissé faire.  Excavation de cire en même temps que le tour d’oreille. Tout un 2 pour 1. Le petite monsieur avec sa lampe frontale et ses différents outils tout droit sorti d’un film d’horreur voulait me faire un beau ménage.
Moi, payer pour me faire peut-être défoncer les tympans, j’essaie d’éviter ça. J’aime mieux investir dans les ongles incarnés.

C’est donc ainsi que se termine le chapitre de Hue. Ce sera la dernière grande avant Hanoi qui est notre porte de sortie. Enfin de la naaaature!

-Max au visage lisse et doux et Val qui marchera comme un robot demain

5 Comments

  1. lucie
    2016-04-09 at 14 h 05 min · Répondre

    tu avais peur que tes robes ne te fassent plus, avec cette journée et bien il n’y a plus aucun stress..
    Je vous embrasse et bonne autobus
    Marraine

    • Valou
      2016-04-11 at 18 h 42 min · Répondre

      Je flotte dans mes pantalons! Mais je pense que je commence une bedaine de biere. Va comprendre la logique!

  2. Genevieve
    2016-04-09 at 15 h 44 min · Répondre

    Ok j’ai vraiment ri
    Je vous imagine tellement.

    Xxx

  3. Mom
    2016-04-09 at 19 h 08 min · Répondre

    J’imagine vos fesses et vos mollets, sur de vieilles bécane!!🚵 Très endolori😞 Bon dodo! XXX

  4. Maman de Chambly
    2016-04-11 at 16 h 17 min · Répondre

    Là, je reconnais ma fille pis son stress, son grand stress. J’ai ri comme une bonne.

    Max…comment as-tu le rasage?

    Bye bye

    Maman de Chambly

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *